Vivre à Domfront-en-Poiraie

« La vraie fin de la politique (...) est de rendre la vie commode et les peuples heureux. »
(Bossuet – Discours sur l'histoire universelle)

Notre commune

Ville de Domfront (via Facebook)
rédigé le vendredi 15 janvier 2016
Informations diverses - Notre commune
0
Les vœux de Bernard Soul, maire de Domfront avec le conseil municipal, le sénateur Jean-Claude Lenoir, les conseillers départementaux Jerôme Nury et Catherine Meunier, également conseillère régionale :

N.D.L.R. : Domfront-en-Poiraie, please !

Contrairement à ce que suggère la photo ci-dessus, la salle André Rocton était quasiment pleine :

On a compris au passage qu'un fonctionnaire de préfecture manifestement trop tatillon faisait du zèle à propos de la légalité du nouveau conseil municipal.

Puisqu'il est encore temps de présenter des vœux, je souhaite à cet olibrius de manifester à l'avenir un peu de bon sens, c'est-à-dire de permettre à nos élus de travailler prioritairement à des sujets qui en valent la peine sans perdre leur temps en pinaillages excessifs !

Le Publicateur Libre
rédigé le vendredi 22 janvier 2016
Informations diverses - Notre commune - Politique locale - Conseil municipal
0
Commune nouvelle. Après 12 jours sans dirigeant, Domfront-en-Poiraie retrouve un maire
Bernard Soul a été réélu maire de Domfront-en-Poiraie lundi 18 janvier. La commune nouvelle était restée douze jours sans dirigeant. Le point.

Bernard SOUL et ses adjoints.

N.D.L.R. : Ces péripéties seront vite oubliées. On espère simplement qu'à l'avenir, l'administraaaâââtion veille mieux à ne pas faire perdre de temps aux élus.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 5 février 2016
Notre commune - Conseil municipal
0
De l'article paru hier dans le "Publicateur Libre"...

... je retiens la composition des commissions municipales désormais au travail à Domfront-en-Poirée.

Catherine MEUNIER
rédigé le vendredi 11 mars 2016
Informations diverses - Notre commune
0
Une excellente initiative de la ville de Domfront-en-Poiraie que ce forum des métiers premier du nom ! Outre l'habituel salon des métiers ouvert aux collégiens et aux lycéens, la ville a permis à ceux-ci de se rencontrer durant la semaine pour faire mieux connaissance et découvrir les lieux et les possibilités d'emploi sur le bocage Domfrontais. Après la visite au lycée Auguste Chevalier, j'ai la conviction que ce genre d'initiative est la bonne. Bravo à Bernard Davy et Bernard Soul. Clôture de ce forum avec Jean Claude Lenoir, sénateur, Jérôme Nury, vice-président du conseil départemental, et Catherine Meunier, conseiller départemental et régional.

N.D.L.R. : Excellente initiative. Bravo aux organisateurs ! Il est important que les jeunes puissent trouver du travail au pays.

Le Publicateur Libre
rédigé le dimanche 8 mai 2016
Informations diverses - Notre commune
0
Lotissements : pourquoi les parcelles communales du Domfrontais ont du mal à trouver des acquéreurs ?

Dans notre édition du 7 mai 2015, nous avions publié une carte des parcelles communales à vendre dans le Domfrontais. Un an après, qu'en est-il ? Ont-elles trouvé des acquéreurs ?

Les communes du Domfrontais disposent de parcelles pour la construction mais les acquéreurs se font attendre.

Sept communes du Domfrontais sur neuf ont construit des lotissements pour maintenir leur attractivité. En mai 2015, elles disposaient de 40 parcelles à vendre, de 350 à 1 000 m2, avec des prix oscillant de 6 à 25 €/m2. Un an après, ce nombre n’a pas beaucoup varié.

Si la ville phare du territoire, Domfront a réussi à en vendre une de 615 m2 dans le lotissement du Général Rémond sur les 5 dont elle disposait, les autres sont toujours en quête de nouveaux acquéreurs. La faute à qui ? à quoi ? Chantal Heuzé, maire déléguée de Rouellé, commune de 200 habitants, située à 7 km du siège de la ville nouvelle, Domfront-en-Poiraie, pointe du doigt la conjoncture économique qui n’incite pas les gens à s’installer dans les petites communes où il n’y a pas de travail et où il est nécessaire d’avoir deux voitures. Les gens préfèrent se rapprocher des villes

Quelles solutions ?

Selon elle, l’une des solutions pour rendre plus attractifs les lotissements serait de baisser le prix des parcelles à vendre. « Dans les années 90, le prix du mètre carré dans le lotissement du Champ Pellerin était normal. Puis, il a été baissé ce qui a permis de vendre toutes les parcelles. Nous avons aussi sept logements sociaux qui vont être tous loués par des jeunes couples et des retraités. La commune a misé sur ces logements dans l’espoir que ces personnes construisent ensuite dans les lotissements, ce qui s’est passé pour certains ». L’élue affirme également que si les cœurs de bourgs étaient mieux revalorisés « les petites communes deviendraient plus attractives aux yeux de ceux qui ont des projets de construction ».
« Il faut avoir confiance pour se projeter dans l’avenir »

Comme Rouellé, la commune de Lonlay-l’Abbaye a du mal à vendre ses 10 parcelles de 600 à 835 m2. Le maire, Christian Derouet évoque l’insécurité de l’emploi.

Les jeunes couples aimeraient construire mais ils ne savent pas où ils vont. Il faut avoir confiance pour se projeter dans l’avenir. Les lotissements répondent à une partie des jeunes couples ou des retraités qui veulent se rapprocher du bourg. L’autre partie veut s’installer en campagne

Pour répondre à cette diversité des demandes et satisfaire la majorité, le maire de Lonlay-l’Abbaye s’est assuré de pouvoir proposer des parcelles constructibles à côté du bourg. Il se lance aussi dans un projet ambitieux, celui de transformer le POS (Plan d’occupation des sols) en PLU (Plan local d’urbanisme). « Je vais visiter tous les lieudits de la commune afin de recenser les anciens bâtiments agricoles de caractères pouvant être valorisés et transformés en maison d’habitation. Le but est de lutter contre la désertification des campagnes, en respectant les normes pour ne pas nuire au développement agricole ».

En l’absence d’études sérieuses sur l’habitat dans notre secteur, Gwenaëlle Nedellec, directrice et juriste de l’ADIL (Agence départementale sur le logement) de l’Orne, se borne à des hypothèses sur ce manque d’intérêt pour les lotissements, en évoquant une baisse activité économique en milieu rural, la concurrence éventuelle avec les biens anciens et une offre de parcelles surabondante qui n’est peut-être pas en phase avec la demande.

Le Publicateur Libre
rédigé le lundi 23 mai 2016
Informations diverses - Notre commune
0
Désormais, l'arrachage des haies du Bocage est soumis à une réglementation.

N.D.L.R. : Quelles sanctions sont prévues en cas de non-respect des procédures ? N'y aurait-il pas lieu de mettre en place une publicité des contrevenants ?

Il y a quelques années, la communauté de communes du Domfrontais, agissant en liaison avec "Pays du bocage", encourageait la replantation de haies bocagères. Le travail était très bien fait par des RMIstes bien encadrés. Quelles leçons ont été tirées de ces expériences ? Serait-il envisageable de les renouveler ? Il me semble que cela pourrait avoir d'heureux effets pour notre bocage. Peut-être d'ailleurs, face à un tel problème, vaut-il mieux manier la carotte que le bâton. Je me permets de soumettre l'idée.

Ville de Domfront
rédigé le lundi 23 mai 2016
Informations diverses - Notre commune - Conseil municipal
0
Revitalisation du centre-bourg : quatre projets retenus par l’État !

L’annonce a été faite lors du dernier conseil municipal jeudi 19 mai dernier. Quatre projets d’urbanisme ont été retenus dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt lancé par l’État en janvier.
1.Le réaménagement du carrefour de la porte d’Alençon.

2.Le réaménagement de la rue des Fossés-Plisson.
3.La rénovation et la mise aux normes de l’immeuble dédié aux associations rue de Godras.
4.Le transfert de la médiathèque dans l’ancien palais de justice.

Des travaux subventionnés par l’État

Pour ce qui concerne la commune de Domfront en Poiraie, les travaux pour la route d’Alençon sont estimés à environ 1,280 million € ; 800 000 € pour l’immeuble rue de Godras et 510 000 € pour la rue des Fossés-Plisson. Ces trois projets pourraient recueillir 850 00€ de subventions de l’État.

Pour le volet communautaire, le transfert de la médiathèque dans l’ancien palais de justice est évalué à 1,698 million €. L’État pourrait verser 300 000€ de subventions.

Une réunion publique

Une réunion publique est programmée vendredi 10 juin à 20h au CAL, à Domfront, rue Laharpe, en présence des élus et du cabinet d’urbanisme La Fabrique urbaine. Le cabinet d’urbanisme reviendra sur sa démarche et ses conclusions.

Plusieurs mois de travail en amont

Ces quatre projets font partie des préconisations formulées par l’agence d’urbanisme La Fabrique urbaine qui travaille depuis 2015 à une grande étude sur la revitalisation du centre-bourg avec l’Établissement public foncier de Normandie.

Les autres travaux envisagés seront maintenus mais plus étalés dans le temps.

N.D.L.R. : Très vives félicitations à tous les membres du conseil municipal de Domfront-en-Poiraie, dirigé par Bernard SOUL, élu dynamique, non sectaire et qui sait travailler en équipe !

Ouest-France
rédigé le lundi 13 juin 2016
Informations diverses - Notre commune
0

N.D.L.R. : Très vives félicitation à mon jeune voisin, sans oublier ses parents que je viens d'aller saluer et qui sont légitimement fiers.
Adèle et Tanguy LAURENT
rédigé le lundi 29 août 2016
Informations diverses - Notre commune
0
Bonjour

le dimanche 11 septembre, de 10h à 18h, nous organisons une porte ouverte/journée d'échange autour du moulin et de la ferme

Nous vous invitons à découvrir le moulin, la ferme, les producteurs locaux bio du domfrontais et quelques artistes, notamment Laure et son spectacle sur fil de fer

Lors de cette journée, Stefaan Dumon, boulanger bio à Ger (50), cuira son pain dans le four à bois, sur place

Céline, de l'épicerie bio/restaurant Le Comptoir à Pré en Pail, proposera des plats à déguster

Je vous joins l'affiche/tract

Ce message est à transférer et partager sans modération

Au plaisir de vous rencontrer

Bonne semaine

Adèle et Tanguy LAURENT
Les Farines de la Touche, bio et fraîches
Camping à la ferme
La Touche
61700 DOMFRONT

02 33 37 03 99
06 63 07 55 50

N.D.L.R. : Je tâcherai de venir. Bonne semaine à vous aussi !