Vivre à Domfront-en-Poiraie

« La vraie fin de la politique (...) est de rendre la vie commode et les peuples heureux. »
(Bossuet – Discours sur l'histoire universelle)

Message #181

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 7 juin 2017
Politique locale
J'ai assisté ce soir, en mairie de Domfront-en-Poiraie...

... à une réunion publique, tenue dans le cadre de la présente campagne pour les Législatives, par Christine ROIMIER, vice-présidente du conseil départemental de l'Orne et candidate dans la 1ère circonscription, et son suppléant, Bernard SOUL, maire de Domfront-en-Poiraie.

Cette candidate, membre de l'U.D.I., entend composer avec la majorité parlementaire qu'obtiendra, sans aucun doute, le président MACRON. Elle veillera à associer son suppléant à son travail de terrain dans la circonscription.

J'ai trouvé que le discours de cette candidate était de très bonne tenue. Je voterai donc pour elle et recommande aux visiteurs du site, électeurs dans la même circonscription, d'en faire autant.

P.S. (du 8 juin 2017) : D'aucuns, membres du fan-club notamment, pourraient s'étonner du ton de ce message, rédigé par quelqu'un qui s'était engagé avec force dans la récente campagne présidentielle en faveur d'un autre candidat, finalement rejeté par le corps électoral. Même si je me suis parfois exprimé avec excès dans la chaleur de l'action, je ne renie rien de ce que j'ai pu faire ou écrire en faveur de ce dernier dont le programme était en phase avec nombre de mes constats ou aspirations.

Ceci étant, le président élu nous a demandé de lui accorder une confiance seule à même, d'après lui, de lui permettre d'engager des réformes nécessaires dans un contexte où les déchirements du pays sont apparus exacerbés.

J'ai tâché de tout bien peser, alors même que différentes réformes envisagées contrecarrent mes intérêts catégoriels (retraité, détenteur d'un patrimoine immobilier, etc...) ou personnels.

Dans les circonstances présentes, constatant de surcroît l'absence, dans la circonscription, d'un autre candidat qui pourrait m'amener à infléchir cette conclusion, je choisis en effet de ne pas marquer "a priori" de défiance à l'égard de la politique qui va être engagée à l'occasion de la prochaine législature.

J'ajoute même que, dans l'intérêt du pays, je lui souhaite un plein succès.

En avant la jeunesse, montrez-nous ce que vous savez faire !

Commentaires